L’agriculture urbaine et périurbaine face à l’étalement urbain : repenser l’aménagement du territoire

Les espaces périurbains ont été grignotés par la superficie grandissante des villes. La crise sanitaire a révélé l’urgence d’un réaménagement du territoire, loin de la densification des métropoles et plus proche des enjeux écologiques portés par les circuits courts, locaux et biologiques. L’heure est à l’agriculture urbaine et périurbaine et leur pendant : l’autonomie alimentaire.

Ces dernières années, les politiques d’urbanisme s’attèlent à désengorger les centres villes en multipliant les zones d’activités périphériques. L’objectif est ainsi de créer des pôles d’attractivité économique et donc de générer de nouveaux viviers d’emplois. Cependant, en concentrant l’activité autour des villes, c’est l’espace normalement réservé à l’agriculture périurbaine qui est réquisitionné. Dans cette lutte constante de l’urbanisation sur la ruralité, les exploitations agricoles les plus précaires sont vouées à disparaître, cédant leurs terrains au nom de l’étalement urbain.

Lire l’article complet sur leblogdesinstitutionnels.fr