Au Québec, l’agriculture urbaine est dopée par la pandémie

La verdure s’est taillé une place sur les immeubles des villes québecoises. Les potagers y foisonnent et les mégaprojets fermiers se développent sur les toits. La pandémie de Covid-19 a accéléré la cadence. Reportage à Montréal, où une serre de 1,5 hectare vient d’être inaugurée.

Vu d’en bas, l’ancien entrepôt d’une entreprise qui a fait faillite ne dépareille pas dans cette grise zone industrielle de l’ouest de l’île de Montréal. Quelques étages plus haut, sur le toit, une atmosphère tropicale nous fait totalement oublier le bitume. On contemple une jungle plus grande que deux terrains de foot. Un bourdon nous grille la priorité pour aller se promener dans les rangées d’aubergines, sous l’œil des cueilleuses. « C’est assez mûr là, right ? », s’interroge l’une d’elles, perchée sur une récolteuse mécanique, une tomate à la main, un sécateur dans l’autre.

Lire l’article complet sur reporterre.net